Édition pour les Romands

Test TCS des extincteurs portatifs – tous ne sont pas recommandés

 

Pour tout automobiliste, l’incendie du véhicule est un scénario catastrophe. Heureux celui qui, en pareil cas, a un extincteur en état de marche sous la main. Pour autant, tous les «petits extincteurs» disponibles sur Internet ou dans les magasins spécialisés n’ont pas tous la même efficacité. Le TCS a testé la puissance d’extinction des quatre types d’extincteurs les plus courants.

 

Les produits testés sont un extincteur à poudre, un extincteur à mousse, un gel extincteur et un bâton inhibiteur de feu.

 

Pour pouvoir tester le comportement des produits en situation réelle, deux incendies différents ont été simulés. Pour cela, le compartiment moteur d’un véhicule ainsi qu’une grande cuve métallique ont été incendiés. On a veillé à ce que l’intensité des incendies se situe à la limite du potentiel d’extinction des dispositifs et que leurs performances doivent être exploitées à leur maximum. En termes d’intensité, les deux incendies simulés pouvaient être décrits comme des «départs de feu à un stade avancé».

 

Lors du test d’extinction, l’extincteur à poudre et l’extincteur à mousse se sont avérés les plus convaincants. Les incendies dans le compartiment moteur et dans la cuve méta
llique ont été vite maîtrisés grâce aux deux dispositifs d'extinction. A l’issue du test, l’extincteur à poudre a reçu la mention «très recommandé», alors que l’extincteur à mousse n’a obtenu que la mention «recommandé», en raison d’un temps d’extinction plus long. Un inconvénient majeur de l’extincteur à poudre est que, une fois pulvérisée, la poudre se répartit sur une grande surface. Le nettoyage des résidus de poudre prend beaucoup de temps et un traitement anticorrosion doit ensuite être effectué.

 

Ni le gel extincteur, ni le bâton inhibiteur de feu ne sont parvenus à éteindre les incendies tests. Avec ces deux extincteurs, un incendie de plus grande ampleur pourrait se propager sans entrave. Le gel extincteur et le bâton inhibiteur ne sont destinés qu’à des petits départs de feu. C’est le cas par exemple d’un début d’incendie de câble ou un début d’embrasement de carburant à l’intérieur du compartiment moteur. C’est pourquoi ils n’ont reçu que la mention «recommandé sous réserve» dans le test du TCS.